Une « tête », « de l’ardeur » et un « cœur » !

Jehanne Maraval Enregistrer au format PDF

0 vote

21 ans d’enseignement à Bossuet, elle y fête son jubilé de Profession religieuse au sein de la Communauté de La Retraite, entourée d’une centaine d’élèves en 1995. Des retrouvailles, certes mais aussi des confidences car toute jeune, à sa communion solennelle à Vannes, nous dit-elle Jehanne entend l’appel du Seigneur, elle y répond joyeusement : elle sera religieuse et elle sera éducatrice. Elle aime « apprendre pour donner » nous confie-t-elle et pourtant son enfance est perturbée par la démission de son père officier de l’armée qui refuse de participer à la vente des biens du clergé : Nous vivons la Séparation de l’Église et du Clergé en France. L’argent ne rentre plus au foyer. Elle étudie et poursuit encore à la Catho de Paris et revient à Lannion en 1943 avec sa licence de latin-Grec… Lannion qu’elle a failli ne jamais revoir, son train ayant été bombardé en gare de Rennes.

Mais au-delà de l’allemand, grec et latin qu’elle a étudiés, sa passion pour l’histoire et la géographie l’entraîne à transmettre ce précieux savoir à ses élèves.

À l’Institution vient le temps de la mixité, de la restructuration des écoles catholiques de la ville de Lannion… Elle doit partir à Cholet. C’est l’après-guerre et en plus de ses cours, elle met en place une idée qui lui tient beaucoup à cœur et elle veut que l’amitié franco-allemande devienne une réalité. Avec Sœur Neumayer, elle organise des échanges franco-allemands. Elle nous confiera : « Nous étions toutes deux parmi les premières à tenter l’expérience ».
« Ce fut, dit-elle, une de mes grandes joies de contribuer à créer de jeunes européens, mission que les évêques de France nous avaient demandée d’accomplir  ».

1991 voit son retour à Lannion. Sa silhouette bien connue, tête penchée couronnée d’un béret parcourt les rues de la ville. Elle s’inscrit à l’UTL, visite ses anciennes élèves, travaille aux archives de sa Communauté.

Le 22 septembre 2007 il lui faut quitter définitivement Lannion avec trois autres Sœurs de La Retraite . Elle est entourée de ses amies religieuses, venues de Belgique, des Pays-Bas, du Chili, du Cameroun, d’Angleterre et de toute la France.

L’émotion est grande lors de la célébration avec Mgr Fruchaud, évêque de St- Brieuc et Tréguier, à Notre-Dame des Fontaines.

Mars 2008, c’est à Quimper, très heureuse de retrouver son ancienne Supérieure Françoise de Biré qu’elle expire subitement.

« Elle était trop gentille ! » est le cri unanime de ses anciennes élèves.